Sorti en 1985 sur NES il est à l'origine de la légende qu'est Mario. Ce n'est pas la première apparition du moustachu mais cette version est l'avènement d'un genre.

Graphismes : 13/20
Soyons clairs, ce n'est pas spécialement joli. Mais le tout a un coté mignon, et le Mario, bien que pauvre en pixels est reconnaissable.
Le jeu est parfaitement lisible, pas de surcharge à l'affichage. A part les plantes carnivores sortant des tuyaux on ne peut pas prétexter ne pas avoir vu un monstre...

Jouabilité : 17/20
Un modèle de maniabilité, Mario répond facilement, les déplacements sont précis, et l'erreur n'est pas permise. Les hitbox manquant de précision il y a une certaine tolérence dans certains cas. Nager n'est pas le plus amusant car il faut mitrailler le bouton de saut.

Système de jeu : 14/20
Courir, marcher, sauter, lancer des boules de feu. Le tout avec seulement 2 boutons. C'est simple mais efficace. On aurait apprécié plus de diversité dans les niveaux et les boss, qui sont identiques sauf pour quelques détails, comme les fameux marteaux...

Musique : 15/20
Peu de thèmes musicaux, donc vite répétitifs. Mais ceux-ci sont agréables à écouter. Les bruitages sont peu nombreux, mais ils sont ancrés dans nos mémoires, tout comme les musiques.

Durée de vie : 7/20
La durée de vie vient de la difficulté. Une fois que l'on connait bien le jeu, et les célèbres warp zones, vous finirez en moins de 15 minutes. Au moins cela permet de gommer le coté ultra répétitif des niveaux

Conclusion : 16/20
Ah le premier Super Mario bros... Mémorable, difficile (pour moi, mais je ne suis pas un exemple), le début d'un ère. Il restera pour beaucoup le premier jeu de plateformes digne de ce nom.

Les célèbres warp zones Le dernier niveau est un labyrinth, voici le chemin, et avec ce speedrun ça va vite ! Des décors vides mais des graphismes mignons et lisibles