Sorti en 1993 sur Megadrive 32x, il s'agit du premier épisode de la célèbre franchise de jeux de combat 3D qui se basent sur la technique de combat au lieu de la débauche d'effets visuels.

Graphismes : 12/20
Noter les graphismes dans ce type de jeu est très difficile, les jeux 3D sur cette génération de console sont rares, et avares en polygones. Je vais donc tenter de replacer les choses dans leur contexte.
Les personnages sont cubiques, et les décors pas très impressionnants. Les arènes de combats sont vides.
Cependant l'animation est excellente et on n'a pas l'impression de jouer sur une Magadrive, même si l'apport du 32x apporte beaucoup.
L'ensemble du jeu ne flatte pas la rétine mais celà n'entâche pas pour autant le plaisir de jeu.

Jouabilité : 17/20
Bien que le jeu souffre d'une certaine lenteur dans les sauts, donnant l'impression de jouer sur la lune (défaut que l'on retrouvera dans tous les épisodes de la série) le jeu se veut dynamique.
La configuration sur 3 touches poing-garde-pied est très bien exploitée et la palette de coups tout à fait convaincante.
Ce jeu étant technique il ne faut pas s'attendre à tout déchirer au premier combat, et appuyer sur toutes les touches au hasard aura pour résultat de se prendre une rouste par l'IA.
Un jeu qui était en avance sur son temps en terme de gestion de l'espace de jeu.
En bref un modèle de jouabilité.

Système de jeu : 19/20
Le jeu se présente comme un jeu de combat très classique. On gagne par KO, temps à 0 ou sortie de ring. Pas de prise de risque de ce côté mais pas besoin de changer une formule qui marche après tout.
Bien que le jeu ne propose pas des tonnes de modes de jeux et de personnages, chacun d'entre eux offre son propre gameplay.
Le nombre de personnages représente autant de disciplines d'arts martiaux, qu'il vous faudra dompter.
Elitiste au possible, il vous faudra de la pratique pour être le meilleur, et la diversité de chaque personnage fait que tous les maîtriser est un challenge. Mieux vaut commencer par maîtriser son préféré pour commencer, et voir les autres quand on est balèze.

Musique : 14/20
Chaque personnage possède son propre thème qui le représente, et dans l'ensemble reste agréable, sans plus.
Les voix ne sont pas extraordinaires mais sur le support il ne faut pas s'attendre à des miracles. La palette de voix a le mérite d'être assez fournie.
Les bruitages sont nombreux et de bonne facture.
Dans l'ensemble rien de mémorable coté sonore, mais on ne se sent pas tenté de baisser le son, c'est le principal.

Durée de vie : 18/20
Maîtriser tous les personnages demandera du temps, et le multijoueur compensera assez vite le mode solo, qui n'est pas très captivant. On y revient facilement car le fun est vraiment présent.

Conclusion : 16/20
Un premier essai qui fait mouche sur l'extension de console de SEGA, mais qui n'est pas resté dans les mémoires en raison des ventes du 32x, ce qui est bien dommage.
Heureusement pour la franchise il est sorti aussi sur Saturn, plus répandue. Cependant le niveau de graphismes sur la Saturn est mauvais pour la console, et ne visera pas le même public qu'un Soul Blade ou Tekken.
Donc un jeu méconnu mais qui vaut franchement la peine de tester.


I Believe I can fly... Des graphismes impressionnants pour le support. Un jeu nerveux et admirablement animé.